septembre 23, 2020

Comment fonctionne l’ostéopathie ?

Le rôle des fascias

Le sujet des fascias est particulièrement présent dans les médias depuis un certain temps, mais en ostéopathie, la thérapie des fascias a toujours joué un rôle majeur. Elle repose sur l’idée de base de l’ostéopathie – toutes les structures et tous les systèmes physiques s’influencent mutuellement – ainsi que sur le rôle du fascia dans le corps humain. Les fascias sont des gaines de muscles, de nerfs, d’organes, de vaisseaux sanguins et lymphatiques et, en tant que surfaces de glissement, elles permettent une mobilité maximale. Ils relient sans interruption l’ensemble de l’avant et de l’arrière du corps ainsi que toutes les structures externes et internes. Leur tâche consiste donc à donner une structure au corps et à le maintenir. En tant que première couche, ils protègent également contre la pénétration d’objets par exemple ou comme « amortisseurs » en cas d’impact. Les fascias réagissent au stress en se contractant. Si le stress se poursuit, il peut entraîner le collage et le durcissement de certains traits du fascia et provoquer une mauvaise posture à long terme. En raison de la connexion des fascias décrite précédemment dans toutes les parties du corps, les tensions, les douleurs ou même les problèmes de dos chroniques qui en résultent ne sont pas surprenants. Un seul dysfonctionnement fascial local peut affecter tout le corps ! Toutefois, cela explique aussi pourquoi un changement dans une partie de notre corps peut déclencher des changements notables dans d’autres parties du corps, dont certaines sont éloignées. Les fascias peuvent être bien mobilisés par une pression douce et indolore ou par une traction des mains. Les tensions telles que les adhérences peuvent ainsi être libérées et se libérer d’une douleur plus profonde. La circulation du sang et de la lymphe peut être stimulée et le système nerveux soulagé. Le modèle de déformation du fascia est une forme spéciale de traitement du fascia ; le fondateur Typaldos considère les déformations (distorsions) du tissu conjonctif (fascia) comme la cause des plaintes. Le traitement se fait principalement par divers mouvements de la main.

Alors que l’ostéopathe agit directement sur les tissus par la palpation active, lors de la palpation passive, sa main est inactive et calme sur la peau et recueille ainsi des informations du corps. Si l’ostéopathe a détecté un dysfonctionnement somatique par palpation, l’étape suivante consiste à le décrire plus en détail, grâce aux lois de Fryette.

  • mécanisme de type 1 : Lorsque la colonne vertébrale est en position neutre, l’inclinaison latérale et la rotation d’une vertèbre s’effectuent dans des directions opposées.
  • mécanisme de type 2 : Dès qu’une partie de la colonne vertébrale est en hyperflexion ou en extension, la rotation et l’inclinaison latérale d’une vertèbre se produisent dans le même sens.
  • mécanisme de type 3 : dès qu’il y a un mouvement dans une direction de la colonne vertébrale, le mouvement dans toutes les autres directions est limité.

Une fois les résultats établis, l’ostéopathe dispose de différentes techniques de traitement pour activer les pouvoirs d’auto-guérison et ainsi résoudre les dysfonctionnements. La technique strain-counterstrain est une technique indirecte des tissus mous, qui vise à éliminer les dysfonctionnements et les tensions tissulaires en trouvant et en travaillant sur les points dits sensibles.

Ainsi, chaque dysfonctionnement est attribué à certains points, qui doivent être examinés et, si nécessaire, traités en fonction des symptômes. La technique de relâchement myofascial est, comme son nom l’indique, une technique de relaxation indirecte pour le tissu conjonctif, les muscles, le fascia et les organes. Dans la technique de l’énergie musculaire, le patient effectue une contraction musculaire aléatoire, dont la direction est déterminée par le thérapeute. Le patient travaille contre la résistance de l’emprise du thérapeute. Par conséquent, cette technique peut être qualifiée de technique ostéopathique directe. La tension musculaire qui en résulte est généralement maintenue par le patient pendant 5 à 6 secondes. Issu du concept de base de l’ostéopathie viscérale, les techniques viscérales sont pour la plupart des techniques indirectes de traitement des organes internes en interaction avec leurs fascias et leur système vasculaire. L’accent est mis sur la thérapie stimulante des artères, des veines et des vaisseaux lymphatiques, ainsi que sur la stimulation du diaphragme et du système nerveux autonome. Les techniques qui se réunissent sous cette forme de thérapie sont également appelées techniques circulatoires. Groupes cibles : A qui l’ostéopathie vient-elle en aide ? En principe, l’ostéopathe ne traite pas les schémas de maladie mais l’être humain dans son ensemble. On peut en déduire que le traitement ostéopathique peut être utile tant que les pouvoirs d’auto-guérison de l’organisme peuvent être activés.

L’ostéopathie pour quoi ? pour qui ?

En outre, cela signifie également que l’ostéopathie ne se limite en aucun cas au traitement des troubles de l’appareil locomoteur, comme on le suppose souvent à tort. Au contraire : comme l’ostéopathie a trois approches différentes du corps, de l’esprit et de l’âme du patient, à savoir les zones pariétale, viscérale et crânio-sacrée, des effets positifs peuvent être obtenus sur l’ensemble de la personne. L’ostéopathie n’a pas de contre-indications directes. Cependant, ce n’est pas toujours la thérapie de premier choix. Dans le cas d’inflammations aiguës, de maladies tumorales, dans le cadre du traitement d’accidents graves, ainsi que de maladies psychiatriques, l’ostéopathie ne doit être considérée que comme une thérapie complémentaire à la médecine conventionnelle – d’où le terme de médecine complémentaire. En raison de la nature holistique de l’ostéopathie et malgré ses limites, de nombreux groupes cibles spéciaux se sont développés qui peuvent particulièrement bénéficier d’un traitement ostéopathique. De nombreux ostéopathes se sont même spécialisés dans l’un des groupes cibles suivants. L’ostéopathie pour les bébés et les enfants : de nombreux parents consultent des ostéopathes pour prévenir les troubles du développement du système musculo-squelettique de leurs bébés et enfants.

Ostéopathie pendant la grossesse : Pendant et après la grossesse, la femme doit s’adapter aux changements de son propre corps. Il n’est pas rare que divers problèmes physiques ou des problèmes dits de sédimentation surviennent pendant cette période. Selon de nombreux experts, l’ostéopathie, avec son approche holistique, est particulièrement adaptée à l’accompagnement thérapeutique de la femme.

Ostéopathie pour les personnes âgées : les traitements ostéopathiques sont destinés à aider les personnes âgées en particulier à augmenter ou à maintenir leur mobilité et à prévenir les plaintes typiques de la vieillesse.

Ostéopathie du sport : en raison de la forte sollicitation physique, les athlètes ont longtemps été un groupe cible important pour les ostéopathes. La physiothérapie sportive ostéopathique ou ostéopathie sportive courte est utilisée dans le post-traitement des traumatismes et des ruptures ainsi que dans la réhabilitation et la prévention des blessures.

Ostéopathie animale : L’ostéopathie a cessé depuis longtemps de n’être utilisée que sur les humains, et l’ostéopathie pour les chevaux et les chiens n’a donc rien d’inhabituel de nos jours. Selon l’Académie de médecine vétérinaire, la demande de concepts de traitement intégrés et holistiques en médecine vétérinaire augmente depuis des années et il existe même des possibilités de formation spéciales pour les vétérinaires.

Une réflexion sur « Comment fonctionne l’ostéopathie ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *