février 29, 2024

Entorse de la cheville : quels soins pour récupérer au mieux ?

Une entorse peut être très douloureuse selon les cas : tout dépend de son niveau de gravité. On parle d’entorse de la cheville lorsqu’une torsion des ligaments survient pendant un mouvement maladroit ou des activités sportives diverses. Le pied effectue un repli vers l’intérieur et cela entraîne l’étirement ou la déchirure des ligaments. Il est important de réagir convenablement pour éviter toute aggravation et assurer un rétablissement prompt. Voici quelques conseils pour gérer de manière adéquate ce type d’accidents.

Un traitement efficace pour éviter les récidives

Dans la majorité des cas, les personnes qui subissent une entorse de gravité moyenne ou importante récupèreront un usage normal de leur jambe après environ 6 semaines d’inactivité. Des douleurs lancinantes et une certaine instabilité peuvent toutefois persister sur la durée. Dans la pratique, les récidives ne sont pas rares. Pour les limiter et permettre au patient de récupérer pleinement, une ligamentoplastie de la cheville s’avère la solution la plus indiquée. La chirurgie est envisagée pour les entorses graves, notamment en cas d’instabilité sur la durée, ou pour les athlètes ou les personnes qui font usage de l’articulation de manière intensive au quotidien.

Quels conseils pendant la phase aiguë

La phase aiguë désigne les 72 heures consécutives à la survenue de l’entorse. Il s’agit de la période la plus critique et aussi la plus douloureuse en règle générale. Le patient doit s’adapter et prendre le repos requis. Dans cette phase, l’objectif majeur sera de stopper une hémorragie éventuelle, notamment pour les entorses importantes. Un traitement adéquat peut inclure par exemple l’utilisation de glace, mais il est en revanche interdit de masser la cheville ou d’utiliser de la chaleur. Ces choix augmentent très souvent la douleur tout en aggravant les lésions observées.

Comment utiliser une compression et la glace

La glace devra être appliquée le plus tôt possible pour éviter que l’enflure atteigne des niveaux trop élevés. La glace permet de limiter la douleur ressentie par son action sur les vaisseaux sanguins qui se resserrent avec le froid. Les saignements sont également réduits pour les entorses ou des déchirures apparaissent. La glace doit dans l’idéal être appliquée avec un bon bandage qui facilitera sa tenue. Il ne faut pas serrer au point d’empêcher une bonne circulation du sang. La durée optimale pour laisser la glace est d’une dizaine de minutes environ.

Comme la glace, la compression sert à empêcher l’enflure d’être excessive. Elle sert de soutien aux ligaments, et réduit la formation d’ecchymoses. Il faut éviter les bandages trop serrés afin de ne pas couper la circulation du sang.

L’importance du repos

Pour les entorses où la douleur est relativement vive et importante, il est essentiel de faire prendre du repos à la jambe, pour 2 ou 3 jours. Il ne faut cependant pas excéder cette durée, car l’activité et le mouvement participent à la guérison de l’articulation et des ligaments. Pendant la reprise progressive de la marche, le patient doit être attentif aux douleurs ou aux lancinements ressentis. Il faut se laisser guider par la douleur en évitant tout pic. Des béquilles peuvent être utilisées pour faciliter la rééducation.

L’élévation

La jambe blessée doit être maintenue en position surélevée pendant un certain temps. Environ 10 cm plus que le cœur. Cette position précise permet de favoriser une diminution de la douleur et de l’inflammation. Il est conseillé de conserver la position surélevée pendant 3 heures environ chaque jour. Elle est propice à une bonne circulation et évite une grosse accumulation du liquide d’inflammation autour de l’entorse.

Quels conseils pour récupérer et éviter les rechutes

Pour les entorses bénignes, les patients se remettent en général dans des délais allant de 1 à 3 semaines. Il faut compter jusqu’à 3 semaines en plus pour les cas considérés comme d’intensité modérée. En revanche, pour une entorse grave, le délai de récupération totale peut aller à 3 mois. Dans tous les cas, la prudence reste de mise lors des premiers jours de rééducation. Certains gestes et des habitudes spécifiques permettront de garantir une bonne récupération des muscles.

  • Pour les sportifs réguliers ou professionnels, les échauffements sont particulièrement importants pour limiter les risques d’entorse.
  • Si vous pratiquez de la marche ou du jogging, ne négligez pas les chaussures à choisir. Elles doivent s’adapter à la forme de vos pieds, et être aussi légères que possible dans l’idéal. Votre confort est également un critère important.
  • Pour la marche, des pauses régulières sont à conseiller pour ne pas solliciter les muscles et les ligaments.
  • Pour éviter les récidives, il faut également suivre à la lettre les recommandations des professionnels (ostéopathes, kinésithérapeutes…). Cela peut consister en l’utilisation d’attelles spécifiques, ou en la prise d’anti-inflammatoires pendant le traitement par exemple. De simples précautions comme l’utilisation d’une canne de marche peuvent faire des différences importantes.
  • Il faudra toujours rester attentif et se référer au médecin dès qu’une instabilité se remarque pendant les activités au quotidien.

Laisser un commentaire