décembre 6, 2021

Soulager votre douleur au sacrum avec l’ostéopathie : un choix « sacrément » judicieux

Si l’on sait généralement où se situe le sacrum, on y apporte peu d’attention tant il se fait discret la plupart du temps. Cependant, discret ne veut pas dire inutile, car il intervient dans de nombreuses fonctions de notre organisme. Notre attitude change cependant le jour où cet os « sacré » se rappelle à notre bon souvenir en devenant douloureux. Dans ce cas, il est conseillé de prendre rendez-vous avec un ostéopathe. Celui-ci saura vous soulager rapidement et vous expliquer comment éviter les récidives.

D’où vient l’origine du mot sacrum ?

Jusqu’au XIXe siècle, on parlait de « l’os sacrum ». La première citation de celui-ci se trouve dans la traduction latine des écrits de Galien. Ce dernier officiait en tant que médecin, dans la Grèce du IIe siècle de notre ère. Le traducteur a alors été fidèle puisque l’expression grecque « hieron osteon » qu’il avait sous les yeux signifie littéralement « os sacré » (« sacrum » étant la forme neutre de l’adjectif « sacer »). L’origine sacrée de l’os s’expliquerait par le fait que lorsque les prêtres grecs immolaient les animaux, ils jetaient dans le feu des morceaux sacrés, c’est-à-dire la queue et le sacrum. Le bruit du crépitement qui en résultait permettait au devin de révéler les messages des dieux.

Anatomie d’un os « sacrément » important

Le sacrum est l’os qui se situe à l’arrière du bassin. Il protège les organes postérieurs du petit bassin comme la vessie ou l’utérus, par exemple. Il est issu de la fusion de cinq vertèbres. De face, il ressemble grossièrement à un trapèze et présente un axe concave. Il est articulé, au-dessus, avec la cinquième et dernière vertèbre lombaire, de chaque côté, avec les os iliaques, les os les plus massifs qui forment les côtés du bassin et en dessous, avec le coccyx. Le sacrum est traversé par le canal sacral qui renferme les nerfs issus de la moelle épinière et dont le faisceau forme ce que l’on appelle la « queue de cheval ». Enfin, trois muscles viennent s’y insérer :

  • le piriforme : qui est également en contact avec le grand trochanter (extrémité haute du fémur),
  • le grand fessier : qui recouvre la partie inférieure de la fesse et qui est relié au coccyx, ainsi qu’à la crête et à la fosse iliaque,
  • le muscle iliaque qui s’insère aussi dans la fosse iliaque.

Ces trois muscles gèrent, entre autres, la stabilisation du bassin à la fois lorsque l’on se tient debout immobile et également lorsqu’on marche.

Pourquoi a-t-on mal au sacrum ?

Il existe plusieurs raisons qui peuvent expliquer une douleur au sacrum. Comme beaucoup d’autres maux de dos, le manque d’activité physique et le surpoids peuvent entraîner des tensions dans le bas du dos et, en conséquence, également au niveau du sacrum. La grossesse, en générant des contraintes supplémentaires sur la ceinture pelvienne, est aussi susceptible de rendre le sacrum douloureux, de même lorsque l’accouchement est long ou compliqué et que la rééducation périnéale est inadaptée ou insuffisante. Un certain nombre de TMS (ou troubles musculo-squelettiques) peuvent toucher le sacrum. Parmi ceux-ci, on peut citer : les sciatiques ou les hernies discales, le fait d’avoir une jambe plus courte que l’autre, etc. Des troubles gynécologiques (endométriose, syndrome prémenstruel…) ou digestifs, comme la constipation, par exemple, peuvent aussi se répercuter sur le sacrum.

L’ostéopathe pour soulager votre sacrum

Comme l’ostéopathe est un spécialiste de la biomécanique du corps et des interactions entre ses différentes structures, remettre son sacrum entre ses mains permet, dans la très grande majorité des cas, d’en soulager les douleurs. Son objectif va être d’éliminer les restrictions de mobilité touchant les différentes articulations du sacrum. Le praticien va également vérifier la souplesse des muscles s’insérant sur le sacrum pour éventuellement détecter une anomalie qui pourrait expliquer la douleur du patient. Il va donc libérer toutes les tensions qu’il va trouver à leur niveau, et faire de même pour les ligaments et les fascias du petit bassin. Il vérifiera également le bon fonctionnement des organes pelviens. Enfin, il rééquilibrera la posture générale de son patient, si nécessaire.

L’ostéopathe pour distiller des conseils « sacrément » bons

Pour éviter que la douleur au sacrum ne revienne, l’ostéopathe va donner un certain nombre de conseils à son patient, en fonction de ce qu’il aura appris au cours de l’anamnèse et aussi durant ses différentes manipulations. Ainsi, s’il a constaté une contraction anormale des muscles rattachés au sacrum, il montrera comment les étirer. Si le patient ne fait pas de sport, il l’orientera avec une pratique adaptée au type de douleur rencontrée et à son mode de vie, etc. Éventuellement, il pourra l’orienter vers un posturologue ou un podologue s’il estime qu’il ne peut pas avec ses seules armes, corriger la posture de son patient.

Si votre sacrum vous fait souffrir, n’attendez pas et prenez rapidement rendez-vous avec votre ostéopathe. Celui-ci fera appel à des techniques adaptées pour vous soulager. De plus, il saura vous expliquer ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour éviter de réactiver vos douleurs. Vous ressortirez donc doublement gagnant de votre séance, prêt à reprendre une vie « sacrément » saine et dynamique !

Les conseils donnés dans cet article ne se substituent, en aucun cas, à un diagnostic posé par un médecin ou par tout autre professionnel de santé, ni à un traitement médical.

Laisser un commentaire