janvier 20, 2022

Votre ostéopathe pour soulager un hygroma

Si vous avez remarqué qu’une de vos articulations était enflée et douloureuse, peut-être souffrez-vous d’un hygroma ou « bursite ». Cette pathologie, rencontrée fréquemment dans certaines professions, peut être soignée de façon totalement naturelle. En prenant rendez-vous chez votre ostéopathe, vous êtes assuré de voir définitivement disparaître vos douleurs tout en retrouvant le plein usage de votre articulation.

L’hygroma : une histoire de bourse… organique

En ce qui concerne l’hygroma, quand on parle de bourse, cela n’a rien à voir avec celle qui conditionne les marchés financiers et le cours des actions monétaires. Par contre, cela a tout à voir avec certaines actions de notre corps. En effet, celui-ci comporte plusieurs articulations qui sont équipées d’une bourse séreuse, pour éviter les frottements. Celles-ci se présentent sous la forme d’une petite poche remplie de liquide synovial. Elles facilitent ainsi le glissement de l’os de l’articulation sur les structures avec lesquelles il est en contact. Il existe des bourses superficielles comme celles de l’articulation du coude ou du genou et des bourses profondes qui entourent, par exemple, les tendons du pied ou de la main.

L’hygroma : quand la bourse s’enflamme

Lorsqu’une articulation est particulièrement sollicitée ou sous pression sur une durée prolongée (comme chez les professionnels qui travaillent à genoux, par exemple), il peut arriver qu’elle gonfle, signe d’un surplus de liquide dans la bourse. De plus, la zone est rouge, chaude et, bien sûr, douloureuse. L’hygroma peut apparaître rapidement, en quelques heures seulement, ou mettre plusieurs jours à s’installer. Cependant, si celui-ci revient de façon régulière, la bourse va perdre de son élasticité, ce qui va impacter les mouvements de l’articulation touchée et finir par affaiblir les muscles qui s’y insèrent. Lorsque la pathologie s’étend sur plusieurs mois, on parle d’hygroma ou de bursite chronique.

Quelles sont les articulations les plus touchées par l’hygroma ?

En théorie, toutes les articulations présentant une bourse séreuse peuvent être sujettes à l’hygroma, cependant, certaines sont plus concernées que d’autres. Voici les principales :

  • L’épaule : il s’agit de l’articulation la plus touchée par l’hygroma. La « bursite sous-acromiale » (appelée ainsi, car l’acromion est la partie de l’omoplate située juste au-dessus de l’épaule) peut être la conséquence de mouvements répétés, mais également d’une tendinite de la coiffe des rotateurs.
  • Le genou : celui-ci comptant cinq bourses, chacune d’entre elles est susceptible d’être irritée.
  • Le coude : outre la sursollicitation de l’articulation, l’hygroma du coude peut également être dû à des rhumatismes ou à des crises de goutte.
  • La hanche : la bursite tronchantérienne, ainsi qu’elle se nomme, se déclenche suite à des mouvements de grande amplitude touchant la hanche, mais elle peut également faire suite à une opération chirurgicale de cette dernière. Le fait de croiser les jambes serait aussi un des facteurs favorisant l’apparition de l’hygroma de la hanche.
  • Le pied : l’hygroma peut se loger au niveau du gros orteil, du talon ou du tendon d’Achille et serait la conséquence du port de chaussures inadaptées à l’activité effectuée (course, basket-ball, etc.).

Qui est concerné par l’hygroma ?

Bien que tout le monde puisse, théoriquement, développer un hygroma, certaines professions ou domaines sportifs sont particulièrement concernés. Ainsi, les travailleurs du bâtiment sont sujets à des bursites du genou (carreleurs, couvreurs…) ou de l’épaule (peintres, ravaleurs…) ou encore à celles du coude lorsqu’ils effectuent de la manutention quotidiennement. Pour ce qui est des sportifs, les coureurs à pied sont susceptibles de développer des hygromas du genou ou du pied, les lanceurs de poids ou les personnes qui font de la musculation avec des haltères, seront plus concernés par l’hygroma de l’épaule.

L’ostéopathie pour redonner de la valeur à votre bourse

En premier lieu, l’ostéopathe va vérifier que votre pathologie est bien un hygroma et non une tendinite. De toute façon, quel que soit son diagnostic, il est tout à fait compétent pour traiter les deux pathologies. En cas de bursite, le praticien va réduire l’inflammation en effectuant différentes manipulations douces qui vont réaliser un effet de drainage. Il va également stimuler le retour veineux, ce qui va aider à drainer l’inflammation. Il va aussi détendre les muscles qui « tirent » sur l’articulation et en augmentent les contraintes. Certains hygromas peuvent être aggravés par un antécédent de blessure ou de traumatisme ayant entraîné un dysfonctionnement de l’articulation. L’action de l’ostéopathe visera donc à lever celui-ci pour éviter les récidives. Dans tous les cas, le but de la consultation est de vous permettre de retrouver à nouveau l’usage de votre articulation sans en souffrir.

Dès la moindre gêne touchant une articulation, il est conseillé de consulter un ostéopathe qui évaluera s’il s’agit d’un hygroma, d’une tendinite ou d’une autre pathologie. Grâce à la pose du bon diagnostic, vous recevrez le traitement adéquat et vous pourrez ainsi rapidement reprendre vos activités sans plus ressentir de douleur sur votre articulation.

Les conseils donnés dans cet article ne se substituent, en aucun cas, à un diagnostic posé par un médecin ou par tout autre professionnel de santé, ni à un traitement médical.

Laisser un commentaire